Articles

Voile et développement personnel: devenir le capitaine de son destin

La voile, je n’en avais jamais fait.

Parce que j’ai eu la chance de croiser la route de Nathalie Acker, capitaine du voilier Tiki Too, j’ai pu tester l’aventure.

Je ne serai plus jamais la même.

Nathalie Acker est skipper sur Tiki Too, son ravissant voilier de 11m amarré à St Mandrier, près de Toulon. Elle propose des sorties en mer pour groupes ou individus. Son parti pris est de rendre la voile accessible à celles et ceux qui n’en ont jamais fait, autant dans les gestes à accomplir que dans les ressources à mobiliser pour faire face aux éléments avec sérénité.

Nathalie Acker ne propose pas simplement une sortie en mer… Sa démarche unique consiste à faire prendre conscience à chacune de ses forces et ressources dont nous n’avons la plupart du temps pas conscience, habitué(e)s que nous sommes à nous concentrer sur nos faiblesses !

Il faut beaucoup de patience, de pédagogie et de bienveillance, pour expliquer et mettre à l’aise des adultes citadins sur un élément, la mer, catégorisé comme imprévisible et potentiellement dangereux.

Durant cette journée en mer, j’ai été confrontée à mes appréhensions, et j’en suis sortie plus confiante en moi, en les autres, en la Nature

Sur un voilier, on pense collectif, on ressent les éléments, on apprend à (se) faire confiance. Voici 3 leçons de vie que je retiens de cette magnifique expérience.

   1. Déterminer une direction

La condition sine qua none pour toute sortie en mer : fixer une destination, c’est à dire déterminer un point B, qui à partir du point A que constitue le port va dresser une trajectoire

 

Et pour cela il faut :

  • Prendre une décision : définir une destination c’est déterminer où me conduisent mes intérêts et ma curiosité afin de ne pas voguer ou dériver sans but au gré du vent. Déterminer un cap, c’est faire un choix et donc éliminer des options qui auraient pu être intéressantes mais qui compte tenu des circonstances ne sont pas appropriées
  • Tenir compte du contexte : météo, moment de la journée, de l’année. En fonction des autres membres de l’équipe ainsi que des autres bateaux sortis ce jour-là, en fonction du temps disponible, en fonction de la météo, des envies et curiosités de chacune, l’équipe décide collégialement des étapes à suivre afin de rejoindre le cap fixé
  • Apprendre la patience : Pour atteindre une destination, il s’agit de fixer des étapes en prenant en compte les aléas du vent et des autres bateaux. Le chemin n’est donc pas forcément linéaire. Habitué(e)s que nous sommes à notre époque et dans notre société à vouloir tout tout de suite, nous nous rendons compte que ce n’est juste pas possible dans la nature. Il faut être patient(e) ! Nous croyons aussi que c’est la destination qui compte. Lors d’une sortie en voilier, il devient évident que la destination n’est qu’un des éléments de la journée. Ce qui est vraiment passionnant c’est le cheminement ensemble et les étapes imprévues qui vont rendre l’expérience inoubliable.

   2. Garder le cap

Compas positionné juste devant la barre

Si choisir un but représente le point de départ, il s’agit ensuite de tenir cet objectif quoiqu’il arrive.

Pour cela, il faut :

  • Mesurer les avancées : Garder en visuel et à l’aide d’outils comme le compas et la direction fixée. Même si on se concentre sur la vague qui arrive pour l’appréhender de la meilleure manière, ce qui compte, c’est le but qui a été choisi et comment l’atteindre de la manière la plus efficace
  • Etre à l’écoute des changements : Parce que sur la mer comme dans la vie les conditions changent à tout instant. Nous n’avons pas forcément prise dessus, nous devons donc adapter notre trajectoire au contexte

 

  3. Avoir confiance

En situation d’équipe où la survie de tous dépend des gestes de chacun, la confiance en soi n’est plus une option, elle devient une nécessité. Avoir confiance en ses actions est un dû pour les autres et pour le matériel, afin de rentrer sereinement.

La confiance se décline sur plusieurs axes :

  • Confiance en soi. En situation collective, nous devons sortir de nos schémas égocentrés. La confiance en soi est un dû que nous devons aux autres et à leur survie. Sur la mer, il n’y a pas de fausse modestie ou de négation de soi. On est qui on est sans fard, face au soleil, aux éléments, face à son courage, ses ressources
  • Confiance en les autres : Sur un bateau, on est une équipe de fait. Celui celle qui tient la barre est capitaine, il ou elle annonce ses actions aux autres membres de l’équipe afin qu’ils opèrent les gestes de sécurité qui s’imposent
  • Confiance en la nature. En mer, la nature s’apprend. Parce qu’on a des outils pour la comprendre, si on ne peut pas forcement prévoir toutes ses réactions, il est possible de réagir en fonction de ses aléas
  • Confiance dans le matériel. Le voilier est de bonne facture, il a été pensé pour résister aux éléments, il a été pensé pour fonctionner en interaction avec la Nature. Il ne peut se renverser, ses réactions sont un langage. Parce qu’on se met à le comprendre, on prend confiance en lui : il devient un ami.

 

Nathalie Acker, Tiki Too Juin 2018

Grace à Nathalie, la voile n’est plus réservée à une élite, elle devient une activité basée sur des valeurs de partage qui permet de révéler les ressources cachées que nous recelons toutes et tous en nous.

Merci infiniment à toi pour cette expérience inoubliable

Pour tout renseignement et réservation:
Nathalie Acker
Tel : 06 89 79 31 45
Mèl : natacker@gmail.com
Facebook
Website (à venir)

 

Article écrit par Magali Defleur, auteur et éditrice chez Indi Blue Edition, Juin 2018

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share this

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *