Portraits

Charlie, Athéna et les plumes

Dans la Grèce Antique, Athéna est la déesse des artisans et de la sagesse, fille préférée de Zeus, le dieu des dieux, elle est la guerrière familière de la forêt, amie des animaux et apporte son soutien aux artistes.

Dans la France Moderne, l’esprit d’Athéna s’est réveillé dans le headband fétiche de Charlie O’Plumes, une pièce forte et affirmée qui donne à celle qui le porte les pouvoirs de la déesse grecque.

Conjuguer mythologie, artisanat et féminité contemporaine, c’est la formule magique si naturelle de Charlie O’Plumes, la marque créée par Charlotte, jeune femme pétillante originaire d’Île de France, aux milles idées et à l’énergie débordante: des bijoux uniques fabriqués à la main par ses soins à l’aide de plumes d’oiseau.

Headband Athéna @Charlie O’Plumes

Cette idée lui est venue un jour, au gré d’une balade en forêt, elle y croise un chasseur avec un sac de plumes qu’il voulait jeter.

La jeune poète trouve ces plumes bien trop belles pour être jetées. Elle apprend que ce sont des plumes de faisan et a envie de rendre hommage à cet animal. Elle-même ne mange pas de viande mais l’idée de recycler des éléments de la nature qui allaient finir à la poubelle la séduit. Elle prend donc le sac de plumes ne sachant trop quoi en faire. Elle assemble les plumes et finit par réaliser une barrette avec les  plumes de ce faisan, sa première création.

Jusqu’à présent, les livres, l’écriture et la poésie constituaient son univers. Elle est même l’auteur d’un recueil de poèmes, Hors temps, dont on peut lire des extraits sur son blog, et qu’on peut lui commander par mail, et du scénario d’une bande dessinée, Que j’ai été aux Enfants rouges. Elle travaille dans l’édition pendant 6 ans en entreprise (cherche midi) puis en freelance où elle propose de la coordination éditoriale. Elle était, comme elle le dit elle-même, un ʺrat de bibliothèqueʺ qui a découvert qu’elle avait envie de voler.

En effet, suite à la rencontre avec le chasseur, pendant 4 ans elle crée des bijoux en plumes comme un passe-temps. Petit à petit l’idée de se consacrer pleinement à l’artisanat s’impose à elle tout simplement parce que c’est le moment où elle se sent la plus heureuse. Son expérience de free-lance lui fait prendre conscience qu’elle a besoin de compétences commerciales si elle veut vivre de son activité. Elle met de l’argent de côté et emménage dans le Sud de la France où elle trouve un emploi dans une boutique d’accessoires et bijoux pour se former aux bases du commerce. Autre lieu, autre univers : elle passe du milieu de la culture à celui des entrepreneurs qui la conseillent dans cette transition professionnelle.

Earcuff @Chalie O’Plumes

Le choix des plumes est essentiel. Concernant les animaux de basse-cour, elle est exigeante avec les conditions de vie des oiseaux et a sélectionné une ferme pédagogique, la ferme de Marie, au pied du Lubéron, à son image : éthique et authentique. Elle a également créé des partenariats avec certains éleveurs de poules d’ornement qui ramassent les plumes de chute lorsque c’est la saison (Comme les humains, les animaux perdent leurs plumes à certains moments de l’année, NDLR) et les lui gardent, ainsi qu’un garde-forestier. Quant à ses cuirs, il s’agit également de recyclage, ou upcycling [1] puisqu’elle récupère les chutes de cuir d’artisanes créatrices de sa région, en particulier la talentueuse Miss Crevette.

Tribal, ethnique, sensible et poétique, il y a de la magie dans les modèles O’Plumes. Il faut dire que Charlotte met tout son cœur dans chaque modèle. Elle a par exemple passé 4 ans à élaborer la forme actuelle du ʺear cuffʺ: une chimie entre la facilité d’usage et la sensation que l’on ressent en le portant.

Pièce après pièce, Charlie dessine les contours d’une femme qu’elle prône et incarne : la femme Charlie O’Plumes, l’esprit d’Athéna, la femme guerrière, couronnée d’ailes qui véhiculent puissance et liberté.  La puissance dans douceur et la détermination avec confiance, plutôt que la lutte. C’est ainsi qu’à présent elle cherche la pierre qui ouvre le passage secret, au lieu de vouloir casser le mur J Elle se fait moins mal…

Bracelet Indie Jaune et Pintade @Clarlie O’Plumes

Charlie en 5 questions

  • Quelle est la fonction du bijou selon toi?

Je vois les bijoux comme une interaction entre la personne et son corps. Les pièces uniques que je dessine permettent à celui ou celle qui les porte de redécouvrir la beauté de certaines parties de son corps et les mettre en valeur. Pour moi, le bijou révèle la personne de l’intérieur vers l’extérieur.

  • Et les hommes dans tout ça ?

Avec l’évolution de ma gamme O’Végétal, je propose justement des modèles inédits pour nos amis les hommes, modèles qui rencontrent beaucoup de succès là où je les ai proposés. Je trouve que les hommes sont tristes, ils ont besoin de fantaisie et aussi d’affirmer leur tendresse et leurs singularités. Les modèles végétaux en résine avec des cordes en cuir sont très masculins et faciles à porter en bracelet et même en collier. Ils rendent celui qui le porte spécial.

  • Quel est ta vision à long terme pour Charlie O Plumes ?

Pas autre chose que ce que c’est déjà en terme de procédé. Je souhaite simplement faire connaître encore plus le concept pour que ceux et celles qui s’en sentent proches y aient accès. Je veux dans tous les cas garder une fabrication artisanale car c’est ce qui me rend profondément heureuse.

  • Ce que tu aimerais et que tu n’as pas encore ?

Parvenir à vivre de cette activité. En cumulant mes droits au chômage et mes économies, je m’étais donnée 2 ans pour me consacrer à plein temps à cette passion. Entre la production, la communication, les nombreuses présences en boutiques de créateurs, salons, je parviens actuellement à rentrer dans mes frais. Je souhaite maintenant faire des bénéfices pour pouvoir proposer encore plus de pièces uniques et laisser voler mon imagination…

  • Ta philosophie ?

Pour réaliser ses rêves il faut commencer par soi, faire ce que l’on peut à son échelle. Mon expérience m’a appris que le premier mouvement est toujours entre nos mains. Ensuite, quoiqu’il arrive et même si parfois tu ne sais pas si ce que tu fais est la bonne chose, il faut garder la joie de pourquoi on est là. Parfois, sur un marché, on ne fait aucune vente alors qu’on a fait 200 km et payé le stand cher, on garde le sourire et l’enthousiasme en se rappelant qu’il ne s’agit que d’une étape.

Créer son entreprise, c’est vouloir changer le monde, au moins son propre monde. C’est un processus qui prend du temps, mais avec de la persévérance, la foi dans son idée, et l’exécution, on y parvient chaque jour davantage !

Son actualité ? Après avoir fait un bref passage par le magasine Elle, elle participe au Noël du Ministère de la Culture le 30 novembre qui n’expose que des créateurs éco-responsables. Pour tous les autres rendez-vous, consultez sa page Événements !

Vous pouvez retrouvez son univers dans les 3 boutiques où elle expose à Paris, Aix et Carpentras, et la suivre sur son site, Instagram, Twitter et Facebook 🕊️ 🕊️ 🕊️

 

🌸 Merci à Charlotte pour sa passion et sa bonne humeur contagieuses 🌸

Article écrit par Magali Defleur, écrivain et éditrice, Novembre 2017

 

 

 

[1] https://www.consoglobe.com/upcycling-rien-ne-se-perd-tout-se-transforme-cg

 

Enregistrer

Enregistrer

Share this

Donnez votre avis

Your email address will not be published. Required fields are marked *